Skip to main content

« L’année 2020 avait été marquée par l’épidémie, cette année 2021 est tout aussi particulière, elle restera celle d’un mouvement de fond historique pour la justice. » Pascale Vernay, première présidente de la cour d’appel de Grenoble, faisait ainsi référence au mouvement qui secoue la magistrature dans tout le pays et dont on a pu mesurer l’ampleur le 15 décembre dernier dans les rues de Grenoble. Elle intervenait en ces termes lors d’une audience elle aussi singulière, celle qui marquait l’entrée dans la profession de vingt-cinq jeunes avocats. Vingt-cinq avocats qui, après avoir prêté serment, rejoindront les barreaux de Gap, Grenoble, et Valence. Des instants qui resteront gravés à jamais dans leurs mémoires.

Tour à tour, ils se sont succédés pour prononcer ces simples mots « je le jure ».

Il revenait à Philippe Muller, avocat général, d’expliciter les termes du serment des avocats. « Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. » Le magistrat s’arrêtait sur quelques-uns d’entre eux. La dignité, qui confère à l’avocat l’obligation d’un comportement respectueux tant à l’égard des différents acteurs de l’institution judiciaire que vis-à-vis des justiciables. La conscience, celle qui permet « de bien connaître les faits tout en conservant ce petit recul nécessaire à la lucidité en toutes circonstances ». L’indépendance, « ce courage qui préserve l’état de droit et la démocratie ». Et l’humanité, « la plus grande qualité de nos professions, car il ne s’agit pas uniquement de droit mais d’abord d’êtres humains ».

Ce serment, Evelyne Tauleigne, bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Grenoble, en retraçait la genèse. « L’histoire du serment, c’est l’histoire de notre profession », disait-elle. Une histoire qui témoigne d’un combat : la conquête de l’indépendance de l’avocat vis-à-vis des pouvoirs religieux et politique n’a rien d’un long fleuve tranquille. Entre le droit romain, la première écriture d’un engagement des hommes de loi sous Saint-Louis à l’aube du deuxième millénaire et le serment rédigé par Robert Badinter et complété par le décret du 31 décembre 1990, que de retournements de situation. Citons simplement Napoléon qui aurait dit en 1810 « Je veux qu’on puisse couper la langue à un avocat s’il s’en sert contre le gouvernement ». Des avocats qui devaient à l’époque jurer de ne « rien dire, ni publier qui soit contraire aux lois, aux règlements, aux bonnes mœurs, à la sûreté de l’État et à la paix publique ». Pas moins.

Pascale Vernay, première présidente de la cour d’appel de Grenoble.

Evelyne Tauleigne le soulignait : « nous sommes aujourd’hui parvenus à nous inscrire dans la lignée des Lumières, l’avocat est le défenseur du droit et de la justice, il représente l’homme et porte sa parole ».

Mais c’est aussi l’avenir de la profession qu’évoquaient les orateurs. L’avocat général Philippe Muller notait l’importance d’une évolution nécessaire dans un monde où l’intelligence artificielle le dispute à l’humanité essentielle à toute bonne justice. La première présidente Pacale Vernay évoquait les rapports entre les juges et la défense pour appeler chacun à jouer pleinement son rôle, « en cultivant nos différences et en respectant notre indépendance réciproque ». Et faisait part de son admiration pour « ces avocats qui engagent leur talent, leur énergie et leur courage pour porter la parole des petites gens qui ne sont ni célèbres, ni riches ni glamour ». Autre point évoqué, celui de la contribution des avocats à la fabrique du droit. Les arguments de la défense fondent l’évolution de la jurisprudence et cela aussi fait partie du métier.

Il était temps de laisser place l’émotion. Celle des jeunes avocats qui prêtaient serment, souvent devant des membres de leur famille aux yeux parfois humides. Et puis se retrouvaient devant la salle 16 du palais de justice dans un état nouveau. Comme le soulignait Evelyne Tauleigne, « avocat, ce n’est pas seulement un métier, c’est un état, de chaque instant ».

Evelyne Tauleigne, bâtonnier des avocats de Grenoble.
La salle 16 du palais de justice avait cette année pu accueillir familles et amis.
La promotion 2021 et les bâtonniers de Gap Valence et Grenoble.
Un moment à coup sûr inoubliable.

Inscription à la réunion festive du Barreau et Honorariats

le 30 juin 2022 à 18h30

La réunion festive du Barreau et Honorariats aura lieu le 30 juin 2022 à 18h30 à la Bodéga du Stade Lesdiguières (12 Rue Albert Reynier à Grenoble).
Merci de vous inscrire via le formulaire d'inscription accessible en suivant le lien ci-dessous :

Inscription à la réunion festive du Barreau et Honorariats